Google lance discrètement une application pour passer d’iOS à Android

Une nouvelle application Google vient de faire son apparition sur l’App Store. Passer à Android, c’est son nom, permet aux possesseurs d’iPhone de transférer facilement leurs données vers leur nouveau smartphone Android.

Le passage d’un iPhone vers un smartphone Android devrait désormais se faire tout en douceur. Google vient de publier très discrètement Passer à Android sur l’App Store. Cette nouvelle application permet, comme son nom l’indique, de transférer facilement les données stockées sur un iPhone vers un nouveau smartphone Android.

Google n’a pas communiqué de manière officielle pour l’heure. L’arrivée de cette application sur l’App Store, d’Apple, s’est faite dans la discrétion la plus totale. En la recherchant par son nom dans le moteur de rechercher de l’App Store, il est en effet impossible de la trouver. Google a visiblement fait le choix pour l’instant de ne pas la référencer, sans doute jusqu’à l’annonce officielle de son lancement. Elle est toutefois téléchargeable en cliquant sur ce lien.

Pour transférer les données, l’application vous demandera de scanner avec votre iPhone le QR Code affiché sur le smartphone Android lors de sa première configuration. Passer à Android permet de transférer vos contacts, les événements du calendrier, vos photos et vidéos, sans fil.

L’application propose même une option pour vous renvoyer vers le site d’Apple dédié au transfert de données (privacy.apple.com) pour vous permettre de demander une copie de vos données stockées sur iCloud, notamment vos photos et vidéos, afin de les transférer automatiquement sur Google Photo.

Enfin, Passer à Android vous guide pour désactiver la réception iMessage sur iOS afin que vous ne manquiez aucun SMS sur votre nouvel appareil Android.

Voici le premier panneau solaire qui peut produire de l’électricité la nuit

Des chercheurs ont réussi à modifier des panneaux solaires pour générer de l’électricité la nuit. Bien que la production soit plus faible, elle permettrait à des sites isolés d’utiliser des équipements basse consommation sans dépendre de batteries.

Les panneaux solaires constituent l’une des principales sources d’énergies renouvelables. Leur plus grand défaut est de ne pas produire de courant la nuit. Le plus souvent, cette production est mélangée à d’autres sources qui compensent cette faiblesse, mais ce n’est pas toujours possible pour les installations qui ne sont pas connectées au réseau électrique . Les lieux isolés doivent alors s’appuyer sur des batteries chargées en journée, qui coûtent cher et ont une durée de vie limitée.

Des chercheurs de l’université de Stanford ont souhaité résoudre ce problème en créant des panneaux solaires qui produisent de l’électricité la nuit. Dans un article publié dans la revue Applieds Physics Letters, ils décrivent leur prototype constitué d’un panneau solaire standard auquel ils ont ajouté un générateur thermoélectrique.

Une production nocturne pour les sites isolés

Pendant une nuit sans nuages, le panneau solaire évacue sa chaleur directement vers l’espace, un phénomène qui le rend légèrement plus froid que l’air ambiant. Le générateur thermoélectrique utilise cette différence de température pour produire du courant. Cette technique ne génère que 50 milliwatts de courant par mètre carré, une quantité qui peut paraître dérisoire. Toutefois, une installation classique sur une maison de 20  m² produirait déjà un watt la nuit.

Les chercheurs pensent pouvoir doubler le rendement avec quelques modifications, et estiment que le rendement théorique maximal pourrait atteindre un ou deux watts par mètre carré. Leur invention permettrait à des installations isolées de se passer de batteries et produire suffisamment d’énergie pour charger un smartphone ou alimenter un éclairage_LED basse consommation.

Le Raspberry Pi 4 atteint des prix jusqu’à 400% supérieurs à son tarif normal avec la pénurie

Avec des ventes dépassant maintenant 45 millions d’unités au cours de sa première décennie, le nano-ordinateur répondant au doux nom de « framboise » est un incontournable aussi bien dans le monde de l’IT que chez les makers ou encore dans la maison connectée. Malheureusement, fort de son succès, le Raspberry Pi 4, dernière version, surpuissante de petit ordinateur de poche n’est pas à l’abri de la pénurie de semi-conducteurs qui frappe actuellement le monde. C’est effectivement le cas car la plupart des grands détaillants aux États-Unis en Europe et au Royaume-Uni sont tout simplement en rupture de stock de modèles Raspberry Pi 4. Rareté qui incite certains revendeurs tiers d’Amazon ou eBay à appliquer des tarifs pouvant aller jusqu’à 400 %.

Pour quand l’approvisionnement du Raspberry Pi 4B de retour à la normale ?

Dans une récente émission enregistrée par Tomshardware à l’occasion des 10 ans de la fondation, Eben Upton, son fondateur a annoncé qu’il fabriquait environ 500 000 ordinateurs Raspberry Pi par mois, ce qui n’est pas rien, mais il annonce aussi qu’avec un encours des commandes à deux millions d’unités par mois, la totalité de la production est immédiatement englouties par ces nombreuses commandes dans le pipe.

La loi de l’offre et de la demande n’échappe pas au RPi 4

L’offre se réduisant à un filet, il est inévitable que les prix augmentent et que les revendeurs répondent par des tarifs en hausse. Cependant, une recherche rapide sur eBay voit des pages de Raspberry Pi 4 se vendre très largement au-dessus de son prix catalogue. Nous avons repéré un Raspberry Pi 4 de 1 Go à un « prix d’achat immédiat » de 105 $, 70 $ de plus que la liste. Un autre vendeur a proposé de nouveaux modèles Raspberry Pi 4 2,4 et 8 Go à un prix respectif de 140 $, 170 $ et 210 $.

Des revendeurs qui affichent des délais incertains

Les revendeurs qui proposent une précommande, comme Farnell, affichent des délais exceptionnellement longs. La branche britannique de Farnell à d’ailleurs récemment déclaré qu’il y a actuellement un délai de livraison de 372 jours sur les modèles 2, 4 et 8 Go de Raspberry Pi 4. L’attente est encore pire pour les clients américains, aucun stock n’étant prévu avant le 17 avril 2023.

Toutefois Upton rassure en estimant que ces délais sont des délais calculés de manière algorithmique et que l’information n’est pas forcément exacte et figée en l’état. Upton poursuit en illustrant ce point en soulignant que certaines pièces du microcontrôleur STM32 affichent les délais de livraison jusqu’en 2027. Enfin, il poursuit en disant que « le meilleur conseil que je puisse donner est de parler à votre revendeur » et de comprendre les délais de livraison et à quelle fréquence ils reçoivent du nouveau stock.