Le Raspberry Pi 4 atteint des prix jusqu’à 400% supérieurs à son tarif normal avec la pénurie

Avec des ventes dépassant maintenant 45 millions d’unités au cours de sa première décennie, le nano-ordinateur répondant au doux nom de « framboise » est un incontournable aussi bien dans le monde de l’IT que chez les makers ou encore dans la maison connectée. Malheureusement, fort de son succès, le Raspberry Pi 4, dernière version, surpuissante de petit ordinateur de poche n’est pas à l’abri de la pénurie de semi-conducteurs qui frappe actuellement le monde. C’est effectivement le cas car la plupart des grands détaillants aux États-Unis en Europe et au Royaume-Uni sont tout simplement en rupture de stock de modèles Raspberry Pi 4. Rareté qui incite certains revendeurs tiers d’Amazon ou eBay à appliquer des tarifs pouvant aller jusqu’à 400 %.

Pour quand l’approvisionnement du Raspberry Pi 4B de retour à la normale ?

Dans une récente émission enregistrée par Tomshardware à l’occasion des 10 ans de la fondation, Eben Upton, son fondateur a annoncé qu’il fabriquait environ 500 000 ordinateurs Raspberry Pi par mois, ce qui n’est pas rien, mais il annonce aussi qu’avec un encours des commandes à deux millions d’unités par mois, la totalité de la production est immédiatement englouties par ces nombreuses commandes dans le pipe.

La loi de l’offre et de la demande n’échappe pas au RPi 4

L’offre se réduisant à un filet, il est inévitable que les prix augmentent et que les revendeurs répondent par des tarifs en hausse. Cependant, une recherche rapide sur eBay voit des pages de Raspberry Pi 4 se vendre très largement au-dessus de son prix catalogue. Nous avons repéré un Raspberry Pi 4 de 1 Go à un « prix d’achat immédiat » de 105 $, 70 $ de plus que la liste. Un autre vendeur a proposé de nouveaux modèles Raspberry Pi 4 2,4 et 8 Go à un prix respectif de 140 $, 170 $ et 210 $.

Des revendeurs qui affichent des délais incertains

Les revendeurs qui proposent une précommande, comme Farnell, affichent des délais exceptionnellement longs. La branche britannique de Farnell à d’ailleurs récemment déclaré qu’il y a actuellement un délai de livraison de 372 jours sur les modèles 2, 4 et 8 Go de Raspberry Pi 4. L’attente est encore pire pour les clients américains, aucun stock n’étant prévu avant le 17 avril 2023.

Toutefois Upton rassure en estimant que ces délais sont des délais calculés de manière algorithmique et que l’information n’est pas forcément exacte et figée en l’état. Upton poursuit en illustrant ce point en soulignant que certaines pièces du microcontrôleur STM32 affichent les délais de livraison jusqu’en 2027. Enfin, il poursuit en disant que « le meilleur conseil que je puisse donner est de parler à votre revendeur » et de comprendre les délais de livraison et à quelle fréquence ils reçoivent du nouveau stock.

Le prix du Raspberry Pi augmente pour la première fois de son histoire sur fond de pénurie

Société : Temps difficiles pour les amateurs de Raspberry Pi. Le Raspberry Pi 4 et le Pi Zero sont aujourd’hui en rupture de stock, alors que les anciennes cartes Pi construites avec du silicium 40 nm seront introuvables en 2022

La pénurie touche tout le monde. Le fabricant britannique de l’ordinateur Raspberry Pi a en effet dû augmenter de 10 dollars le prix de son Raspberry Pi 4 à 2 Go de RAM, justifiant cette hausse soudaine par la pénurie mondiale de semi-conducteurs qui affecte les chaînes d’approvisionnement. Cette hausse de prix, bien que temporaire, montre une fois de plus à quel point la chaîne d’approvisionnement en puces a changé depuis le début de la crise sanitaire. En février 2020, Raspberry Pi avait baissé le prix du Pi 4 de 2 Go de RAM de 10 dollars pour le ramener à 35 dollars, avant de faire revenir ce tarif à 45 dollars.

« Malheureusement, les augmentations de coûts causées par la pénurie actuelle signifient que ce produit n’est actuellement pas économiquement viable à ce prix réduit. Nous le ramenons donc à 45 dollars de façon temporaire », écrit Eben Upton, PDG de Raspberry Pi, en précisant que dans toute son histoire, Raspberry Pi n’avait jamais – jusqu’à présent – dû augmenter le prix d’un produit.

Raspberry Pi n’est pas le seul constructeur à revoir ses tarifs à la hausse. Les constructeurs automobiles ne peuvent pas produire davantage de voitures parce qu’il leur manque des puces essentielles, tandis que les amateurs de jeux vidéo ont eu du mal à acheter la PlayStation 5, de Sony, et les consoles Xbox Series X, de Microsoft. 

Des confinements dévastateurs

Il n’est pas surprenant que la pénurie d’approvisionnement ait également restreint la production de Raspberry Pi.

Selon son président, l’entreprise ne fabriquera que sept millions d’unités en 2021, soit presque exactement le nombre d’unités fabriquées en 2020, qui a également été sa meilleure année à ce jour, en partie grâce à l’augmentation des ventes lors de la première vague de confinements. Cette stagnation vient contredire l’augmentation constante de la production dans l’usine Sony au Royaume-Uni, qui assemble le Pi depuis 2012.

Les mesures de confinement décrétées par Londres en 2020 ont également causé des problèmes aux ingénieurs qui construisent le Raspberry Pi 400 de 2020. Selon Eben Upton, les produits en pénurie cette année comprennent le Raspberry Pi Zero et la variante 2 Go du Raspberry Pi 4. Ainsi, malgré une demande accrue, une pénurie de ces produits a plafonné les chiffres de production.

Amélioration en vue

En 2022, Eben Upton s’attend à ce que les difficultés d’approvisionnement touchent surtout les produits plus anciens, dont les puces sont construites sur un silicium 40 nm plus ancien. Ces produits incluent le Compute Module 3, le Compute Module 3+ et le Raspberry Pi 3B, et dépriorisent le Raspberry Pi 3B+ – essentiellement tout ce qui n’est pas un Raspberry Pi 4, un Raspberry Pi 400 ou un Compute Module 4, qui utilisent du silicium 28 nm.

En raison de l’augmentation du prix du Pi 4 de 2 Go, Raspberry Pi fait également revenir le Pi 4 de 1 Go à 35 dollars. L’entreprise a annulé la variante 1 Go lorsqu’elle a réduit le prix de la variante 2 Go. Le retour de la variante 1 Go vise à soutenir les clients industriels qui utilisent la variante 2 Go dans leurs produits, explique le président du groupe.

L’amélioration est toutefois en vue. « Nous prévoyons de disposer de suffisamment de silicium 28 nm au cours des 12 prochains mois pour prendre en charge nos clients actuels, et il y a des signes que la situation de la chaîne d’approvisionnement commence à être moins tendue. »

L’intelligence artificielle va tous nous remplacer… Vraiment ?
Qu’elle soit considérée comme une opportunité ou comme une menace, l’intelligence artificielle va continuer à se développer dans tous les secteurs d’activité et à faire débat. © sdecoret, Adobe Stock
L’intelligence artificielle

Parce qu’elle contient le mot « intelligence », l’intelligence artificielle fait peur à beaucoup de monde. Aujourd’hui, d’après Pierre-Julien Grizel, responsable de la Majeure Data Science et intelligence artificielle (SCIA) à EPITA, « l’intelligence artificielle c’est moins intelligent qu’un enfant de trois mois ». Cette erreur sémantique renforce la croyance que les robots vont dans quelques années prendre nos places et nous contrôler. L’intelligence artificielle est un outil dont l’usage va servir à remplacer ou optimiser les tâches exécutées par les Hommes.

Pour le CEO de Smart Touch Group, l’intelligence artificielle n’est qu’une technologie associant logique, statistiques et mathématiques. C’est l’utilisation de cette technologie qui va rendre un objet plus « intelligent » qu’un autre car il aura été programmé par l’Homme pour cela. Mais, en aucun cas la machine développera sa propre intelligence en dehors de toute intervention humaine.

La digitalisation : un levier pour notre avenir énergétique ?

Dans la phase d’entraînement de l’IA, le réseau neuronal est utilisé pour construire des algorithmes en traitant un grand nombre de données. Cette nouvelle approche prend en compte les données chronologiques afin de traiter non pas des points fixes mais des séquences. Les chercheurs se sont inspirés du nématode Caenorhabditis elegans dont le système nerveux, composé de seulement 302 neurones, est capable d’opérations complexes.

Une intelligence artificielle qui s’adapte aux données

Le réseau neuronal liquide utilise des équations différentielles imbriquées afin de changer les paramètres des équations dans le temps, ce qui le rend beaucoup plus flexible. Il est ainsi capable de mieux traiter des données contenant du bruit, comme le flux vidéo d’une voiture autonome lorsqu’il pleut. Les réseaux neuronaux sont comparés à des boîtes noires, où il est possible d’observer les entrées et sorties, mais pas ce qui se passe à l’intérieur. La possibilité de modifier ces équations permet aux chercheurs de mieux comprendre le fonctionnement du réseau, ce qui est normalement impossible. De plus, cette approche utilise un nombre plus limité de neurones que les réseaux classiques, ce qui réduit la puissance de calcul nécessaire.

Les chercheurs indiquent que le réseau neuronal liquide devrait permettre des avancées dans tous les domaines où les conditions peuvent évoluer rapidement. Cela inclut les voitures autonomes, le pilotage des robots, le traitement automatique du langage naturel, le diagnostic médical ou encore le traitement des vidéos.